The Price of Fame

Sans cesse rivés sur leur téléphone portable, les fans ont sans doute raison d’accorder de moins en moins de temps à une réalité beaucoup moins attrayante. La réalité était autrefois faite de la sortie de réels supports, souvent de qualité, et accompagnés d’une véritable campagne promotionnelle.

Le récent report du projet de l’édition spéciale de l’album “Off The Wall”, l’annonce par l’Estate d’un fantomatique concert du HIStory Tour en 3D que l’on attend toujours, la sortie de fakes réalisés officiellement pour l’album “Michael”, la mini promo autour d’un support comme “BAD25″, l’abominable qualité vidéo DVD du Bad Tour à Wembley, permettent de comprendre la défiance des fans vis-à-vis des gestionnaires de l’héritage de MJ.

Michael Jackson a toujours été critiqué de son vivant, y compris par ses fans, même si concédons qu’une partie des critiques concernait parfois plutôt le label Sony. Sans compter que certaines décisions ou blocages dans la promotion venaient des rapports tendus entre le Roi de la Pop et sa maison de disques dans les dernières années de son contrat.
Mais il y a eu un âge d’or où la création était au centre de tout. Une époque où Michael créait , contrôlait, décidait. Et en réalité, les fans sont surtout nostalgiques de cette époque. Peu importe les polémiques autour du teaser d’HIStory et de la chanson “They don’t care about us”, de la 2ème partie du clip “Black or White”, qui choquaient des lobbies ou des pudibonds, il y avait une direction artistique dont on regrette l’absence aujourd’hui.
Michael voulait émerveiller ses fans et le monde, étonner, apporter quelque chose de nouveau sans jamais cacher ses influences.

Aujourd’hui, on ne peut pas dire que les fans sont oubliés par l’Estate puisqu’il existe des projets et que des supports sont commercialisés de temps en temps. En réalité, on est bien loin des sorties où les fans se sentaient concernés même si quelques efforts ont été faits en leur direction lors de la promo de “Xscape”.
Réduire Michael Jackson à des fakes, des vidéos de mauvaise qualité, des démos au lieu de l’exploitation de titres finalisés inédits (puisque leur exploitation coûte beaucoup moins cher à l’Estate), de remixes moyens ou pas terribles souvent sur-vendus, ce n’est pas le meilleur moyen de conquérir les fans.
Les fans ont très souvent répondu présents lorsque Michael leur présentait un véritable projet, réfléchi (vidéoclips, pochettes d’albums, singles,…) et ils étaient sincèrement de tout cœur avec leur idole.
Mais lorsque l’Estate réduit la qualité des supports, les campagnes promo, l’offre d’inédits, la réflexion sur l’artistique, et donc le temps qu’il consacre aux fans, il ne faut pas qu’il s’attende à ce que les fans qui ont suivi MJ de son vivant lui consacre autant d’intérêt qu’à la belle époque.
La défiance d’une partie des fans est simplement à l’image de la manière dont ils sont considérés par l’Estate, ou du moins la manière dont ils l’interprètent.

Michael Jackson est pourtant la plus belle chose que nous puissions avoir en commun, dans un monde insipide où il n’y a pas d’équivalent. Il y a bien des stars et des tubes du moment mais ceux qui ont suivi l’artiste global qu’était le Roi de la Pop savent que ce que nous vivons n’est plus de la même dimension, ne touche peut être pas les cœurs aussi durablement.
Il y a des stars créées par les médias mais il y a aussi des artistes talentueux et c’est une chance. Mais sincèrement, les comparer avec MJ serait absurde , d’autant que tous ne revendiquent pas cette comparaison.

Alors justement ne faisons pas de MJ un artiste quelconque. Est-il normal que la version inédite de la publicité “The Chase” vienne d’être mise en ligne aujourd’hui par des fans et qu’elle ne figure sur aucun support officiel malgré la commercialisation du support BAD25 il y a quelques années ?

Bien sûr que non. Les fans ont eu droit à une promo a minima en 2012 et voient qu’il est si simple aujourd’hui de diffuser via Internet des archives inédites finalisées qui, à la différence des remixes d’Afrojack et Nero sur BAD25, font revivre la magie du Roi de la Pop.

La version inédite de “The Chase” a pour fond sonore une version spéciale et inédite de la chanson “Price of Fame” et dure près de 3mn20.

Dans la version finale de la publicité pour Pepsi, “Price of Fame” avait été remplacé par une version spéciale de la chanson “BAD” (cf. l’article sur le partenariat entre MJ et Pepsi publié en 2012 dans MICHAELzine #5)

Pepsi_Michael_Jackson_Price_of_Fame

La page facebook de “The BAD Tour Archives” où vous pouvez visionner la vidéo : https://www.facebook.com/The-Bad-Tour-Archive-1615440235385560/

Sources : The BAD Tour Archives / MJLegend

1 Response

  1. Comme toute passion, il y a la réalité et le fantasmes. L’Estate et Michael Jackson lui-même ont joué sur les fantasmes. Rappelez-vous la phrase de MJ aux WMA à Monaco : “The best is yet to come” (le meilleur est à venir). Ni Michael ni l’Estate sont naïfs, loin de là..Mais quand on exerce dans Entertaining, l’industrie du rêve et bien il faut faire perdurer les choses.

    Michael Jackson est sans doute l’artiste musical et entairtainer le plus doué de presque toutes les générations de la musique contemporaine. Mais cela ne faisait pas de lui un être parfait. Imaginez alors l’Estate qui ont pour seul but faire fructifier Michael Jackson Company. Pour cela, il faut sortir au compte goutte des “perles” soit disant…parfois on se régale parfois on s’ennuie vite.

    Je ne peux pas parler au nom des fans ou du grand public tellement les attentes sont différentes. Mais je n’attends de la part de l’Estate aucun inédit, aucun disque dur caché, aucune maquette. Michael Jackson a été tellement investi durant sa carrière qu’il a tout donné à ses fans et au monde son talent extraordinaire et inégalé à ce jour. Il avait déjà tout montré son potentiel de 1979 à 1995 puis est passé à autre chose (qui n’a pas fonctionné mais..). Mon souhait? Revisiter toutes ses oeuvres dans leur originalité ! Voir ses clip vidéo en HD Cinématographique, écouter les chansons de l’album Thriller dans leur version studio live avant mixage, écouter les maquettes des tracks de l’album Dangerous (Who is it, Black or White, Give in to me) joués en studio par des vrais musiciens avant de passer au “micro-ondes” (synthébox), voir le Bad Tour compilé (comme dvd Bucarest) en 4k grâce aux shooting complet en 35mn en juin et juillet 88, etc…

    Bref les titres inédits, je passe, sympa mais je passe. Les meilleures chansons de Michael ne sont pas dans les coffres, elles sont dans ses 5 albums et plus spécifiquement là où il était au sommet de son art : Thriller Bad Dangerous, une vraie Trilogie qui a définitivement réécrit l’industrie du disque et l’Histoire même de la musique. Off The Wall et History étant respectivement le prologue et l’épilogue.

    Comme d’habitude, comme avec Michael en son temps, il faut attendre..mais en attendant on s’écoute un bon “Scream” humm je kiffe! Surtout le break de la guitare hein! :-)