Follow the Money

michael_jacobshagen_lies_tabloid_michael_jackson_adrian_mcmanus

michael_jackson_brian_oxmanL’avocat de la famille Jackson, Brian Oxman a déclaré lors d’une interview accordée début février que Michael Jackson disait souvent « follow the money » (« suis l’argent ») pour trouver les personnes à l’origine de certaines affaires. En d’autres termes, et par extension, c’est en suivant les flux d’argent que l’on découvre à qui profite le crime.
Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet sur Wade Robson, qui avant de lancer une procédure judiciaire dans l’espoir de récolter près d’un milliard de dollars avait préféré essayer de vendre en 2013 son histoire à des éditeurs (en vain car il demandait trop d’argent d’après un agent littéraire), qui lance en janvier 2019 une fondation pour récolter des fonds en capitalisant sur la sortie du documentaire « Leaving Neverland ».

Les fans qui ont suivi Michael Jackson savent à quel point de nombreuses personnes qui ont travaillé pour MJ ou qui l’ont simplement côtoyé sont arrivées à établir des connexions avec les tabloïds américains et britanniques pour monnayer de prétendues révélations.

Les personnes qui détestent Michael Jackson remettent en cause sa moralité. Mais étonnamment, ces mêmes personnes ne s’interrogent pas sur la moralité de celles et ceux qui profèrent les accusations contre la star.
Nous allons vous parler de deux d’entre elles qui ont profité de la sortie de « Leaving Neverland » pour réapparaitre dans les médias.

Nous allons vous détailler d’abord ce qu’elles ont déclaré dans les médias, ce qui a été diffusé puis ce que l’on sait d’elles. Vous pourrez alors décider par vous-mêmes si vous estimez qu’elles sont crédibles.
Nous vous donnerons seulement ensuite nos conclusions.


Adrian McManus se confie à 60 Minutes Australia

L’émission “60 Minutes Australia” vient de diffuser l’interview exclusive d’une ancienne femme de ménage nommée Adrian McManus qui a travaillé au ranch de Neverland de 1990 à 1994.

adrian_mcmanus_lies_tabloid

Elle a notamment expliqué avoir retrouvé des sous-vêtements de garçons soit dans la chambre de Michael Jackson sur le sol avec ceux de la star soit dans le jacuzzi.
McManus affirme qu’il arrivait que les petits garçons portent le slip de Michael et qu’ils laissaient leurs sous-vêtements dans un de ses tiroirs.
Selon elle, on trouvait des tubes de vaseline partout dans le ranch, que ce soit parfois sur les voiturettes de golf ou dans la chambre de la star.
McManus affirme également avoir vu la star en train de caresser et embrasser ces jeunes garçons, mais aussi des comportements inappropriés envers Macaulay Culkin et Jordan Chandler.
Dans le sujet consacré à l’ex-femme de ménage de Neverland, l’avocat Tom Mesereau a déclaré « Je suis convaincu à cent pour cent que Michael n’a jamais abusé d’un enfant » et il est indiqué qu’il qualifiait Wade Robson et James Safechuck d’ « opportunistes voulant gagner de l’argent ».

Dernier élément, Adrian McManus a précisé qu’elle n’avait pas alerté les autorités car elle avait été menacée par Jackson lui-même et ses gardes du corps pour qu’elle garde le silence : « Ils auraient pu engager un tueur à gages pour m’éliminer, m’égorger sans que l’on retrouve jamais mon corps. (…) J’avais signé un accord de confidentialité et j’étais déjà conditionné et programmée. »

Que faut-il savoir sur Adrian McManus ?

adrian_mcmanus_lies_trial2005_tabloid_moneyLe procès de 2005 a permis d’en apprendre davantage sur sa personnalité et la manière dont elle travaillait à Neverland.

Contrairement à une déposition qu’elle avait faite au début des années 1990, elle avait reconnu en 2005 n’avoir jamais vu Michael Jackson molester Wade Robson.

Elle avait déclaré en 2005 avoir été témoin de trois cas d’abus commis par M. Jackson contre Brett Barnes, Macaulay Culkin et Jordan Chandler.

Macaulay Culkin, aujourd’hui parrain de Paris Jackson, a quant à lui toujours démenti les affirmations faites par Adrian McManus.

Quant à Brett Barnes, il a démenti à plusieurs reprises que Michael Jackson ait un jour eu un comportement inapproprié à son égard.

Lors du procès de 2005, Francin Contreras, employée du ranch de Neverland de 1991 à 1993, a réfuté le témoignage d’Adrian McManus.

Contreras a témoigné sous serment qu’en privé McManus parlait toujours bien de Jackson et ne lui avait jamais confié avoir été témoin de tout contact sexuel inapproprié de Jackson avec un enfant. Elle a également raconté avoir observé plusieurs objets volés de Neverland chez McManus, notamment des montres, des posters, des vêtements et accessoires (comme par exemple un chapeau personnel de Michael Jackson, des lunettes de soleil) et des jouets destinés aux enfants défavorisés.
Dans un autre procès, Adrian McManus a été reconnue coupable et condamnée pour avoir volé dans le ranch puis vendu à un tabloïd un dessin réalisé par Michael Jackson et représentant Elvis Presley.

Au procès de 2005, il a été mis en évidence, et elle l’a reconnu, qu’elle avait vendu de fausses informations sur la vie sexuelle de Michael Jackson et Lisa-Marie Presley à des tabloïds et émissions TV du même type comme « Inside Edition », qu’elle avait signé des contrats à cet effet avec le magazine « Star », avec l’agence « Splash »,…
McManus a également reconnu avoir alimenté en histoires l’agence tabloïd Splash durant un procès qui l’opposait à son ex-employeur Michael Jackson.

Enfin, parmi les autres faits notables évoqués lors du procès de 2005, mis en lumière par Tom Mesereau pour cerner la personnalité de McManus, il a été question d’un procès au civil qu’elle avait perdu avec son mari.
Ils avaient été désignés tuteurs de la succession du frère de McManus et il a été avéré qu’ils avaient délibérément volé les fonds d’un compte sur lequel avait été placé l’argent qui devait revenir à leur nièce et à leur neveu.
Reconnus coupables, ils avaient été condamnés à rembourser près de 30 000$ et à payer environ 5000$ pour les frais d’avocats des plaignants.


Michael Jacobshagen se confie au “MIRROR”

Autre personne, autres déclarations d’abus sur mineurs qui ont été diffusées par les médias au moment où l’annonce de la programmation de “Leaving Neverland” au festival Sundance faisait à nouveau de Michael Jackson un sujet porteur pour les médias.

Michael Jacobshagen a raconté au Sunday Mirror des abus commis par Michael Jackson et dont il a été la victime.

jacobshagen_liar_about_michaeljackson

M. Jacobshagen a rencontré Michael Jackson car sa mère en a fait la demande auprès de l’entourage du chanteur. Dans l’entretien accordé au “Mirror”, il explique que Michael Jackson le touchait de manière inappropriée après lui avoir fait un câlin au lit et que c’était toujours pire si la star avait pris des médicaments.
Il affirme que M. Jackson s’est dénudé devant lui alors qu’ils partageaient un jacuzzi et l’avait invité à enlever son short de bain, ce qu’il a refusé de faire.
Selon lui, la star lui aurait donné un livre “plein de photos de garçons nus” intitulé “The Boy: A Photographic Essay” avec de nombreuses inscriptions écrites par Michael lui-même selon M. Jacobshagen.

Il confie que Jackson a acheté son silence avec des cadeaux – et a même donné à sa mère une montre Cartier.

Il indique que Michael Jackson “n’a jamais commis d’acte sexuel explicite” contre lui , “mais il y avait des intentions sexuelles”. Il précise : “il devait en tirer quelque chose sexuellement. Je sens maintenant qu’il me testait, voyant jusqu’où il pouvait aller.”
Michael Jackson lui aurait offert de boire du vin, ce qu’il a refusé de faire.

Jacobshagen dit avoir vu Jackson pour la dernière fois à Las Vegas deux mois avant sa mort, à l’âge de 50 ans.

Il a ajouté: “Quand je suis devenu un homme, il ne s’intéressait pas tellement à moi. La dernière fois que je suis allé lui rendre visite, il ne m’a pas demandé de coucher avec lui. Je devais dormir sur le canapé. (…) Ses fans ne voudront pas que je dise ces choses. Ils le traitent comme un dieu. Mais la vérité est la vérité.”

Que faut-il savoir sur Michael Jacobshagen ?

Michael Jacobshagen a rencontré Michael Jackson. La question que se posent les fans , c’est : quand ?
En 1998, cela ne fait aucun doute, des photos et vidéos en attestent. Selon ses dires, il l’aurait rencontré en 1995 et il aurait été invité par Michael Jackson sur plusieurs dates du HIStory Tour en 1997. Mais avant même qu’il ne tienne des propos négatifs sur le star, les fans, notamment par l’intermédiaire de forums anglophones émettaient de sérieux doutes sur tout le temps qu’il décrit avoir passé avec Jackson.

En 2013, il a publié un livre intitulé “Will you be my friend ?” dans lequel il évoquait ces moments. Des personnes qui le connaissaient ont clairement à plusieurs reprises dit qu’il était une personne à problèmes qui en plus brodait une fiction sur sa relation avec Michael Jackson.

michael_jacobshagen_lies_tabloid_michael_jackson_

En 1998, Jacobshagen avait même déjà raconté à un média sa première rencontre avec Michael Jackson qu’il situait en 1998. Une information que confirmait également sa mère dans l’interview.
michael_jacobshagen_lies_tabloid

Contrairement à ce qu’il affirme, il ne connaissait donc pas Michael Jackson avant le HIStory Tour (1996-1997) et son récit des nuits et moments passés avec la star sur la tournée est peu crédible pour les fans car tout simplement impossible.

Dans sa communication, Jacobshagen a diffusé depuis au moins la sortie de son livre en 2013, une photographie où il est sensé apparaitre aux côtés de Michael Jackson sur un balcon à Disneyland Paris en 1995.
paris_not_jacobshagen_disneyland_1995_michael_jackson

Or si l’on regarde les informations de l’époque, l’adolescent avec la casquette rouge et bleue n’est pas Jacobshagen.

Des personnes qui le connaissent confirment qu’il n’a rencontré MJ qu’en 1998 et qu’il a passé peu de temps avec lui. Il n’aurait pas passé la nuit avec lui. La sécurité de MJ, à l’époque Wayne Nagin, lui aurait même refusé le lendemain l’accès à la suite de la star malgré l’insistance du jeune garçon :

jacobshagen_lies_about_michael_jackson

Quand les fans allemands le connaissant apportaient ces précisions, c’était en 2013. Loin de la polémique actuelle.

Des incohérences apparaissent concernant le livre que Michael Jackson lui aurait offert et dont il parle dans son interview au “Mirror”.

En réalité, il n’a rencontré Michael Jackson qu’une seule fois en 1998 à Munich. Le livre en question n’a pas été acheté par la star. Il lui a été envoyé par un fan. En 1993, lors de la perquisition du ranch de Neverland au moment de l’affaire Chandler, ce livre a été emporté par la police. Comme l’indique un article du New York Times daté du 30 avril 2005, et donc publié au moment du procès Arvizo contre Jackson, ce livre est resté dans les scellés de la police californienne pendant 12 ans, entre 1993 et 2005.

Comment Michael Jackson aurait-il pu lui donner ce livre en 1998 ?

michael_jacobshagen_book_lies

Nous avons donc une personne, Michael Jacobshagen, qui n’a passé qu’un jour avec Michael Jackson et qui raconte depuis sa disparition des rencontres qu’ils aurait effectuées à 14, 15, 16 ans , etc.
On passe d’une journée effectivement passée avec Michael Jackson à un livre de plus de 100 pages qui raconte une toute autre histoire.

Jacobshagen raconte même avoir rencontré Michael Jackson peu de temps avant sa mort. Désespéré, ce dernier aurait appelé Jacobshagen en pleurant pour lui dire de prendre l’avion et de le rejoindre à Las Vegas. Il aurait passé 3 jours avec lui.

jacobshagen_lies_about_michaeljackson

Dans 13 notes manuscrites qu’il attribue à Michael Jackson, la star clame qu’elle va être assassinée et qu’elle a peur pour sa vie.

Il a expliqué en 2017 qu’il avait décidé de révéler ces notes pour soutenir Paris Jackson, qui avait déclaré peu de temps via Internet avant que son père avait été assassiné.

La difficulté reste à imaginer comment il a fait pour passer 3 jours avec M. Jackson sans que personne ne le voit et alors que MJ était en Californie pressé par AEG pour effectuer les répétitions des concerts “This is it”.

De plus, certains fans s’interrogent sur les phrases écrites en anglais et attribuées à M. Jackson. La syntaxe ne semble pas toujours correcte. Auraient-elles été écrites par un non-anglophone ?

Le discours de Jacobshagen sur sa présence aux côtés de Jackson lors des dernières années de sa vie a beaucoup varié au fil des années : tantôt il a indiqué ne pas avoir été un témoin direct , tantôt il a situé son dernier contact avec la star en 2001 puis est soudainement apparue la version d’une présence quelques semaines avant sa disparition en 2009.

Jacobshagen a également affirmé depuis plusieurs années qu’il était un proche de la famille Jackson. Or vérification faite, il n’était connu ni de Jermaine, ni de Katherine, …
En 2015, il est parvenu à rencontrer pour la première fois de sa vie Katherine Jackson et à se faire prendre en photo avec elle en prétextant qu’il était un ami de longue date de son fils.

En 2017, l’émission télévisée allemande AKTE a démontré qu’il vendait des notes et objets où il imitait l’écriture de Michael Jackson. Un fan nommé Thomas Käppelie lui avait acheté pour près de 30 000 euros d’objets dédicacés selon Jacobshagen par Jackson.
Un jour il a dit à Jacobshagen qu’il aimerait bien des lettres de MJ en rapport avec la Suisse. Käppelie avait rencontré le Roi de la Pop dans ce pays et il cherchait donc des collectors en lien avec celui-ci. Et dans sa requête de collectionneur, il avait indiqué qu’il préférait les notes écrites avec un marqueur plutôt qu’avec un stylo.
La fois suivante quand il a rencontré Jacobshagen, à sa grand surprise, ce dernier lui proposait environ 5 lettres avec “I Love Switzerland” écrites au marqueur. A partir de là, Thomas Käppelie a commencé à avoir des doutes.

Dans son enquête, AKTE a été contacté par Matthias Frank, un passionné du Roi de la Pop. Images à l’appui, il a montré qu’en mai 2012, le vendeur d’un vinyle de l’album “BAD” pour deux euros sur ebay avait reçu une évaluation positive de Jacobshagen 3 jours plus tard. Dans le mois qui a suivi, Jacobshagen a remis en vente ce vinyle avec une mise à prix de 250 euros et orné d’une dédicace de Michael Jackson. Le même vinyle, avec le sticker placé exactement au même endroit et avec la même tâche dessus.

Un autre collectionneur, Thomas Engbrox se fournissait aussi en collector dédicacés auprès de Michael Jacobshagen. Il a expliqué à AKTE qu’il avait compris que celui-ci falsifiait l’écriture de Michael Jackson quand il lui a un jour acheté au autographe qui figurait sur une feuille de papier Hewlett Packard.
Au dos de cette feuille figurait un numéro/code. En recherchant sur Internet, Engbrox a découvert que ce modèle de papier photo n’avait été commercialisé que plusieurs années après la date associée à l’autographe.

Pour convaincre davantage les fans d’acheter ses collectors, Michael Jacobshagen précisait dans ses annonces qu’une partie des bénéfices serait reversée une fondation caritative. AKTE a donc contacté cette fondation qui a indiqué qu’il n’y avait eu aucune donation au nom de Jacobshagen et qu’il n’existait aucune connexion entre elle et Jacobshagen.

Un expert en écriture du Bureau des enquêtes pénales du Land de Brandebourg a réalisé, comme on peut le voir dans le reportage, une étude minutieuse des autographes que Jacobshagen attribue à Michael Jackson et vend aux fans. L’expert a été formel : ces écritures n’ont pas été réalisées par M. Jackson.

L’enquête des journalistes allemands de l’émission AKTE est édifiante :

Michael Jacobshagen est aussi connu pour avoir fait entrer la camera du tabloïd allemand “BILD” dans le mausolée où repose la tombe de Michael Jackson à Forest Lawn. L’accès à ce mausolée est pourtant interdit aux caméras et aux appareils photos mais Jacobshagen connaissait le mot de passe qui autorise l’accès restreint et il a profité de l’ouverture de la porte sécurisée pour faire entrer le reporter de BILD.
Jacobshagen a également eu le temps de faire un selfie devant la tombe.

BILD_michael_jacobshagen_forestlawn
Source : BILD.de
https://www.bild.de/unterhaltung/leute/michael-jackson/im-mausoleum-des-king-of-pop-36530376.bild.html

Michael Jacobshagen s’est également illustré avec l’utilisation d’un logiciel de retouche photo. Il a manipulé deux clichés et il a posté le résultat sur son site officiel pour faire croire qu’il avait rencontré Kim Kardashian.

michaeljacobshagen_kim_kardashian_fake

Dernière chose : Michael Jacobshagen avait publiquement réagi le 12 mai 2013 aux accusations d’abus sur mineurs de Wade Robson contre Michael Jackson. Ci-dessous une capture de son site web montre qu’il les qualifiait de pures “conneries”.
michael_jacobshagen_bullshit_wade_robson_may_2013

Aujourd’hui, il se montre en accord avec Wade Robson.

Quelles sont nos conclusions ?

- Avant de remettre en question la vie de Michael Jackson, il faut inviter celles et ceux qui croient avoir une certaine contenance en relayant des articles de tabloïds à s’intéresser à la personnalité des accusateurs.
Car il y a un gouffre entre ce qui est décrit et les faits.

- Qui pourrait honnêtement penser que Adrian McManus et Michael Jacobshagen sont crédibles? Des personnes pour lesquelles les autorités ont confirmé les mensonges, leurs liens avec les tabloïds (“journaux à scandales”), les fraudes pour de l’argent.

Adrian McManus dit qu’elle n’a pas parlé de ce qu’elle voyait aux autorités car elle avait peur pour sa vie. Mais cela ne l’empêchait pas dans les années 1990, de se créer un réseau de contact avec les médias tabloïds, à signer des contrats avec eux pour faire des fausses révélations même à l’époque où elle travaillait encore dans le ranch.
Cela n’est pas logique.

Car si l’on a parlé des liens de McManus avec les tabLoïds, nous n’avons pas trop développé pour Jacobshagen mais c’est la même chose. Le jeune allemand s’est au cours de ces dernières années appuyé sur BILD à plusieurs reprises, le “Mirror”….
Il est aussi passé dans l’émission “60 Minutes Australia”.

On comprend qu’il s’agit de témoignages monnayés.

D’ailleurs si vous allez sur le site du “Mirror” car vous avez une histoire à leur raconter, comme l’a fait Michael Jacobshagen, voici un aperçu de la page sur laquelle vous atterrissez :

mirror_tabloid_money

Le message est clair “Vendez votre histoire” (“Sell your story”) “nous vous diront combien elle vaut” (“we’ll tell you how much it’s worth”).

Il est indiscutable pour ceux qui se donnent la peine de chercher un peu que ces histoires sont fabriquées de toutes pièces. Celui qui raconte l’histoire et ceux qui la diffusent gagnent ainsi de l’argent.

- Certaines personnalités du monde des médias et autres qui soutiennent le documentaire tabloïd “Leaving Neverland” trouvent que les fans sont trop virulents et sans arguments. Le problème c’est que même lorsque vous exposez de simples faits à ces personnes, soit elles vous bloquent sur les réseaux sociaux soit elles n’en tiennent pas compte.
En réalité, le mépris est du côté de ceux qui salissent Michael Jackson et ne réagissent pas aux faits présentés par les fans.

Les fans peuvent apporter une certaine expertise car il s’agit d’une communauté. Les fans se connaissent, ils se sont rencontrés quand ils suivaient Michael Jackson, les fans clubs ont archivé des récits détaillés, des photos, des vidéos, etc.
Ils connaissent les personnes qui ont gravité dans l’entourage de Michael Jackson, leurs fonctions, les lieux, et relèvent plus facilement que d’autres les incohérences dans les arnaques des faux témoignages.

Quand vous pensez que certains médias continuent de dire que Michael Jackson a abusé sexuellement de Macaulay Culkin, Omer Bhatti, Brett Barnes alors que ces derniers ont tous démenti ce mensonge et qu’en plus les personnes qui affirment cela n’ont pas une seule preuve de ce qu’elles avancent, vous comprenez que la plupart des médias ne recherchent pas la vérité.

Malgré la vérité, vous aurez toujours des forces poussées par l’appât du gain qui feront leur business sur des ragots à propos de Michael Jackson. Vous ne pouvez pas empêcher que quelqu’un vienne raconter n’importe quoi devant les médias. On le voit bien avec Wade Robson, James Safechuck, Dan Reed, Adrian McManus, Michael Jacobshagen,…

Il est dramatique que des personnes jouent avec le thème de la pédophilie à travers Michael Jackson et que la plupart des médias en soient complices. Et lorsque vous leur demandez quels sont les faits établis, les éléments vérifiés qui ne souffrent d’aucune contestation, vous vous rendez compte que ces personnes émettent simplement leur opinion. Elles argumentent dans le vide en citant des tabloïds comme des sources fiables.
A chaque ligne, vous vous demandez mais quelles sont les preuves ? Es-tu sûr de l’authenticité de ces écrits attribués à Michael Jackson ? Mais pourquoi ton raisonnement anti-Jackson ne se base pour l’essentiel que sur des tabloïds ou des témoignages des personnes à la moralité douteuse ?

Ceux qui disent que Michael Jackson était un pédophile et que les fans doivent ouvrir les yeux sont en réalité des personnes qui occultent les faits, à commencer par le premier, établi par la justice américaine en 2005 : Michael Jackson est innocent.

Ne pas aimer un homme est une chose. Mais le traiter de pédophile sur la base de “on dit”, sans jamais avancer de preuves, c’est grave.
Certaines personnes poursuivent à travers la haine de Michael Jackson des névroses personnelles, tandis que d’autres vivent des histoires inventées qui leur font à la fois gagner de l’argent et les propulsent dans les médias qui surfent eux mêmes sur ces buzz.

Nous ne vous souhaitons pas d’être un jour accusés à tort par une femme de ménage voleuse et sans morale ni par un affabulateur de première classe doué dans la falsification. Vous auriez le plus grand mal à vous défendre car vous seriez à la recherche de preuves. Et dans votre schéma, vous seriez perdants. A la fois prisonniers de l’image que vous renvoyez aux autres et de menteurs professionnels qui incarnent la perversité. Les “on dit” valent plus que la vérité dans votre monde.

Nous ne connaissons pas de fans de Michael Jackson qui seraient restés fans si la justice avait démontré qu’il était pédophile.

Nous sommes fans car il est innocent.

michael_jackson_tabloid_fight_danreed_robson_safechuck_mcmanusèjacobshagen

1 Response

  1. Très beau travail