A propos de Black or White

michael_jackson_minstrel_black_or_white

Alors qu’un remix non officiel de “Black or White” utilisant un morceau de guitare inédit des sessions de la chanson a été mis en ligne [cf. News du 23/07/2017 sur MJFrance], revenons un peu sur ce titre.

Au programme : un tutoriel de Tim Pierce, une interview de Bill Bottrell et une thèse universitaire assez pertinente sur la problématique raciale dans l’œuvre de Michael Jackson.

Tutoriel de Tim Pierce

Vous vous êtes peut être essayés aux parties guitare de “Black or White”. Nous vous conseillons alors de visionner le tutoriel vidéo (en anglais) mis en ligne par Tim Pierce il y a quelques mois.
Pierce a participé à la session de Black or White [cf. News du 04/03/2014] avec Bill Bottrell.
Dans cette vidéo, Pierce évoque notamment le riff principal et la guitare teintée d’Heavy metal jouée lors du bridge. Il précise à ce sujet qu’on lui a demandé de jouer quelque chose à la manière de Mötley Crüe [dont MJ appréciait le son].

Mötley Crüe est un groupe d’Heavy Metal notamment connu pour des titres comme le survitaminé “Kickstart My Heart” ou encore “Dr. Feelgood” et Pierce avait précisé (dans une précédente interview) que la partition bridge de la guitare de “Black or White” était inspirée de ce dernier titre.
D’ailleurs tendez l’oreille en écoutant les premières notes de Dr Feelgood…

Michael Jackson avait cette pratique propre à certains artistes de faire participer les meilleurs musiciens à ses chansons.

C’est assez éloigné de l’approche actuelle de la musique pour enfants (JUL, Lartiste, Gradur, L’Algérino, Ridsa…) ou pour ados (D. Carreira, Damso, Gims, Sch, PNL,…). Mais il faut savoir que ce que faisait MJ apportait une vraie plus-value à son disque.

Tim Pierce a par exemple été le guitariste de nombreuses stars (Eric Clapton, Phil Collins, Céline Dion, The Doobie Brothers, Elton John, Barry Manilow,…).
Tout au long de sa carrière, MJ a fait participer à ses titres de grands musiciens comme Nathan Watts, Louis Johnson, Nathan East, Greg Phillinganes, Steve et Jeff Porcaro, Carlos Santana, Slash, Eddie Van Halen, Steve Stevens…

En 1991, “Black or White” s’est classé n°1 des ventes de singles dans 20 pays.


Interview de Bill Bottrell :

Noisey a publié en 2015 une interview de Bill Bottrell dans laquelle il évoque l’enregistrement de “Black or White”

Extrait :

« Après les premiers jours de boulot, on avait vraiment le noyau du morceau, les couplets, le refrain et Michael commençait à chanter très tôt dessus. Tout ce qu’il nous restait à combler était ce gros blanc dans la section du milieu, c’est resté comme ça, en plan, et dans nos esprits, pendant des mois. »

L’idée du rap est venue à Bottrell alors qu’il était chez lui, inspiré par les lyrics de Jackson qui étaient abordés dans le reste du morceau. Bottrell a alors enregistré une première version de son rap qu’il avait incorporé de façon temporaire au morceau et l’a fait écouter à Jackson, « Michael l’a adoré d’entrée ».

Le plan initial de Bottrell était d’embaucher un vrai rappeur pour repasser sur sa partie pré-enregistrée et il avait conseillé à Jackson de prendre LL Cool J ou Heavy D, qui étaient tous les deux au studio pour bosser sur d’autres morceaux de l’album.

Jackson ne l’a pas écouté et a insisté pour qu’ils utilisent la session de Bottrell, un truc avec lequel le producteur n’était pas entièrement à l’aise. « Comme tu t’en doutes, je suis un compositeur et un producteur, je ne suis pas un rappeur, et je ne voulais pas être le mec blanc qui rappe sur un titre de Michael Jackson. »

Mais la volonté de Sa Majesté était scellée, sûrement parce que, de l’avis de Bottrell lui-même, il était justement Blanc et ce n’était pas un rappeur. « Le fait que je sois Blanc et que je sois l’auteur de ce rap faisait en quelque sorte écho aux paroles de la chanson. Dans l’esprit de Michael, tout collait parfaitement. » (…)

Donc Bottrell accepta, mais décida en contrepartie d’utiliser un pseudo, L.T.B., en référence à la sitcom Leave It to Beaver. « C’est un gamin blanc des suburbs, c’était une manière de me moquer de moi-même. »

La confiance que Jackson a accordé à ce rap s’est trouvée bien vue. Après que le morceau se soit écoulé à des millions de copies et soit resté 7 semaines au top des charts US, Bottrell m’a dit que son manager commençait à recevoir des coups de fils proposant à L.T.B. d’enregistrer un album complet. (…)

Il m’a aussi expliqué que quand la chanson est sortie, il a dû en livrer une version éditée sans la partie rappée, les stations de radio mainstream avaient des clauses anti-rap et ne l’auraient pas diffusée autrement. « Je crois que ce disque a pu ouvrir quelques portes. On apprend à chaque sortie, pas vrai ? Tout a changé très rapidement ensuite, durant les deux années qui ont suivies. »

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article.


De l’interprétation du clip :

michael_jackson_minstrel_black_or_white

michaeljackson_and_the_blackface_maskLa chercheuse Harriet J. Manning soutient, dans son livre intitulé “Michael Jackson and the Blackface Mask” et basé sur sa thèse de doctorat, que le chanteur a utilisé ses performances sur scène et ses vidéos pour critiquer les constructions racistes de la négritude.

Pendant la majeure partie du dix-neuvième siècle en Amérique et en Europe, les « minstrels » et « blackfaces » ont fait partie des types de spectacles offerts aux publics. Le “minstrel show” était une forme théâtrale dans laquelle des artistes blancs étaient «noircis» pour parodier de manière dégradante les Noirs.
Initialement, aux USA, les artistes noirs étaient interdits de scène et lorsqu’ils furent autorisés à s’y produire, à la fin des années 1860, ils ont été forcés de continuer à jouer dans les stéréotypes de la tradition. «C’était une domination complète de l’auto-représentation de quelqu’un d’autre», explique Manning, qui a utilisé des sources, y compris des dessins, des photographies, des affiches et des paroles dans ses recherches. “Pour les artistes noirs, il n’y avait d’autre choix que de porter le masque et de jouer le rôle.”

Michael Jackson and the Blackface Mask” propose et explore la théorie selon laquelle les performances de Michael Jackson se sont inscrites dans l’héritage raciste du “minstrel show” et du “blackface”.
Manning a remarqué ce paradoxe inattendu: “Ici un artiste noir qui faisait allusion à une histoire scénique très raciste.” Elle a commencé à observer les mouvements et les gestes de danse de Jackson. “J’ai observé que tous ses principaux mouvements chorégraphiques pouvaient être mis en lien avec la minstrelsy comme les mouvements glissants, les membres anguleux, les pirouettes et la manière de se retourner”.

Ces mouvements ont été conçus pour se moquer des Noirs, explique Manning. “La minstrelsy reposait sur la représentation d’une personnification de l’individu noir d’une manière oppressive et ridicule”, dit-elle. «En se les appropriant, avec les stéréotypes de cette tradition, dans ses routines, Michael Jackson a rejeté une construction raciste de l’identité noire, par moments par la parodie et d’autres fois par la mise en valeur avec une danse sublime et «cool».»

Mais ce n’est pas ce que les gens ont remarqué quand Jackson a sorti le single «Black or White» en 1991. Dans, les quatre dernières minutes du vidéoclip une panthère noire se métamorphose en Michael Jackson, qui commet plusieurs actes de vandalisme.

Certains réseaux de télévision, notamment aux USA, ont interdit la vidéo et Jackson a été invité à faire des excuses. Pour l’essentiel, il semble que tout le monde n’ait pas compris son but : “Cette vidéo peut facilement être lue comme une critique des stéréotypes racistes”, explique Manning.
“Le tumulte autour de sa diffusion se nourrissait directement de ces mêmes stéréotypes”.

“La danse de la panthère est une continuation et une reformulation de certains des gestes de base et des stéréotypes de la danse blackface”, ajoute-t-elle. Ces mouvements et les stéréotypes qui leur étaient associés ne sont, selon l’auteure, pas remis en cause aujourd’hui dans la société américaine.
Le public ne les reconnait même pas lorsqu’ils sont parodiés devant lui.

Pour Manning, nous ne nous questionnons pas assez sur les stéréotypes : “Ces constructions comprennent la fausse association des personnes noires, en particulier des hommes, à l’imprévisibilité, à la violence, à la criminalité, à l’hyper-sexualité et à l’animalité, des aspects que l’on retrouve dans toutes les controverses entourant Michael Jackson”. (D’ailleurs, l’appellation “Wacko Jacko” utilisée par les tabloïds anglophones contre Michael Jackson a une origine raciste).

Pour Harriet J. Manning, lorsqu’un artiste devient populaire et grand public, on a tendance à oublier ce qu’il a fait sur le plan créatif. “À certains égards, le succès de Jackson a travaillé contre lui”, conclut Manning. “Son travail est si riche en références culturelles qu’elles ont été largement négligées.”

L’image de Jackson a été filtrée et réinventée, comme lorsque les Blancs ont utilisé le minstrel show pour contrôler la manière dont la négritude, l’identité noire, devait être comprise.

Quelques exemples supplémentaires de la minstrelsy dans l’œuvre de MJ selon l’auteure :

Michael_jackson_minstrel
michaeljackson_minstrel

Une vidéo non réalisée par Manning mais qui explore les références au racisme dans la deuxième partie du vidéoclip “Black or White” :

C’est une thèse qui n’étonnera pas une partie des fans qui sait à quel point l’œuvre de Michael Jackson est riche en références culturelles mais comme toutes les thèses, elle peut faire l’objet d’un débat. Il ne s’agit pas d’une idée qui s’impose d’elle-même. Même s’il faut comprendre que la problématique raciale dans l’histoire des Etats-Unis est très spécifique et que M. Jackson a vécu dans cet environnement.
A chacun d’aller plus loin à partir des différents éléments de réflexion que l’on trouve dans les livres ou les conférences pour se forger une opinion argumentée.

Du point de vue de la danse, on sait que plusieurs tendances existent : il y a les chorégraphies qui ressemblent à de l’aérobic et favorisent la performance physique pour amuser la galerie et d’autres qui donnent un véritable sens à chaque mouvement par rapport à une histoire, un scénario.
Et il est vrai que MJ s’est essentiellement inscrit dans cette deuxième tradition en mêlant différentes influences.

Quoi qu’il en soit, on perçoit à quel point Michael Jackson était différent des artistes l’on connait aujourd’hui, à quel point il a été sous estimé de son vivant par certains médias ou personnes, mais aussi les préjugés auxquels il a dû faire face.

Mais même sans tout connaître de son œuvre, en plus du fait qu’il s’investisse pour eux, ses fans l’aimaient parce qu’ils percevaient cette différence.

MichaelJackson_blackorwhite

Sources : Tim Pierce / Noisey / ahrc.ac.uk / MJLegend

4 Responses

  1. Remember the time reprend la théorie d’une Egypte antique africaine
    La vidéo est produite conçue chorégraphiée interprétée par des afro-américains

  2. BIGBROTHER

    Exactement. Tu as tout à fait raison. L’œuvre de MJ possède de nombreuses références à ses racines et à son identité noire et en plus, je rajouterais, tout en prônant l’universalité et la fraternité entre les “races”.
    Ce n’était pas une revendication pour se fermer aux autres.

    Certains ne “lisent” l’œuvre de MJ qu’au 1er degré et n’y voient qu’un discours de bisounours. (Ils ne voient que ce qu’ils peuvent comprendre en fait, LOL).

    En réalité, le travail de Michael possédait plusieurs niveaux de lecture. MJ avait de solides bases culturelles, il aimait lire, apprendre. Il savait écrire.
    Et parce qu’il vulgarisait son œuvre pour la rendre compréhensible par tous, les anti-MJ pensent qu’il avait une vue simpliste.
    Ils ne vont pas plus loin dans la réflexion (mais le peuvent-ils vraiment ?).

  3. C’est un article très intéressant et merci àvous de partager ce genre de sujets absents de quasiment tous les autres sites de MJ, décidément vos news sont de plus en plus qualitatives ces temps ci et c’est tout à votre honneur

  4. BIGBROTHER

    Merci à toi Eric. Nous sommes heureux de te compter parmi nos lecteurs. Nous essayons de donner le meilleur et de proposer au maximum des choses originales. Même si cela demande plus de travail en recherches et rédaction que de poster des news “classiques”.
    Tant que nous pouvons le faire…
    A+