Captain EO : Voyage sur la planète Disney

captaineo

Le 27 janvier dernier, j’effectuais une visite éclair à Disneyland Paris pour profiter des derniers instants de Captain EO. Empreint d’une certaine nostalgie, j’allais dire au revoir à ce bon vieux capitaine qui aura connu des hauts et des bas avec l’univers Disney.
 L’attraction était apparue en 1992 avec l’ouverture du parc, mais avait été inaugurée en 1986 à Disneyland en Californie, marquant l’apogée de la collaboration entre Disney, Kodac et Michael Jackson.
A l’époque, Captain EO était une attraction novatrice mêlant la musique aux images 3D avec des effets visuels extérieurs à l’écran, que l’on appellera plus tard : la 4D.  L’absence de son en 5.1 en 1986 avait également obligé les ingénieurs à proposer un système très ingénieux de multi-bandes audio sur laserdisc diffusées simultanément sur des enceintes frontales et arrières afin de donner l’impression que certains effets sonores venaient de derrière. Pour l’image, une double pellicule projetée avec un léger décalage permettait de créer l’effet 3D.

L’image vue par Disney

China Pavilion 062Pourtant, l’intérêt de Disney pour l’innovation cinématographique ne date pas des années 80. La Walt Disney Imagineering avait déjà développée au début des années 50 un procédé nommé Circarama, permettant de filmer à 360° avec 11 caméras disposées en cercle et filmant sur des miroirs afin d’atténuer l’effet de distorsion. Cependant, un autre brevet similaire nommé Cinérama et utilisant une technique similaire, avait contraint les ingénieurs Disney à réduire le nombre de caméras à 9 et à le rebaptiser Circle-Vision 360°. Le premier film utilisant cette technologie fut diffusé en 1955 sous le nom  A Tour of the West. Il s’agissait d’un film ventant les merveilles de l’ouest américain, traduisant du patriotisme affirmé de Walt Disney. La salle dans laquelle était diffusée le film s’appelait d’ailleurs Circarama USA et avait la particularité d’être une pièce circulaire sans siège ou les visiteurs pouvaient visionner le film diffusé à 360° sur plusieurs écrans.
 La technologie Circle-Vision 360° avait également été adaptée à Euro Disneyland (appellation de Disneyland Paris de 1992 à 1994) avec l’attraction Visionarium qui proposait un film baptisé From Time To Time. Parrainée par le constructeur Renault, l’attraction proposait une immersion dans un voyage dans le temps. Fermée en 2004, elle a depuis été remplacée par l’attraction Buzz Lightyear’s Laser Blast.
Les parcs Disney à travers le monde ont toujours proposé des attractions mettant en avant l’image et le son. En France nous connaissons surtout Star Tours, un simulateur de vol basé sur l’univers de Star Wars et proposant une immersion dans un voyage intergalactique, mais aussi Chérie J’ai Rétréci le Public, qui fut mis en place après l’arrêt de Captain EO en 1998, et qui avait la particularité de proposer une immersion 4D, avec des effets visuels mêlés à une salle suspendu sur coussins d’air qui bougeaient en même temps que les images et des effets de vents et d’eaux projetés sur les spectateurs. Cette adaptation de la salle pour l’attraction a d’ailleurs été un point essentiel du retour de Captain EO en 2010 et a surtout marquée deux époques et deux manières de diffuser le film.

1992

captain-eo_2455796-MA l’ouverture du parc en 1992, Captain EO faisait parti des attractions mises en avant. Du merchandising spécifique était proposé dans les boutiques de Discoveryland. On y retrouvait les peluches de Hooter et Fuzzball, mais aussi des tee-shirt à l’effigie de Michael. Sponsorisé par Kodac Captain EO se situait à côté de l’attraction Star Tours. La salle s’appelait alors Cinémagique et il n’y avait pas de toit au dessus de la file d’attente. De superbes enseignes surplombaient le bâtiment ainsi que les zoetropes. On pouvait donc voir l’attraction de loin, surtout que Space Moutain n’existait pas encore et ne cachait pas le cinéma comme aujourd’hui.
 A l’intérieur, la salle du pré-show diffusait un film ventant la marque Kodac. Mais ce film n’avait rien à voir avec le film diffusé à la ré-ouverture de 2010. A cette époque, les rangées d’écrans LCD suspendus au plafond n’existaient pas et le film du pré-show, intitulé « La Boîte à Souvenirs » était diffusé sur un écran situé au fond de la salle. La musique de ce petit film a été composée par les frères Shermann à qui l’on doit les musiques de It’s A Small World, Marry Poppin’s ou encore Le Livre de la Jungle.
La salle principale était aussi bien différente à cette époque. L’écran n’était pas visible ni délimité et en lieu et place on pouvait voir des centaines d’étoiles grâce à un gigantesque système de fibre optique qui allait jusqu’au plafond. Les étoiles se regroupaient ensuite pour former la galaxie que l’on voit au début du film.
 Le nombre de place était sensiblement le même, soit environ 600 places, mais ne comportaient pas les éléments comme le système audio que l’on verra un peu plus loin dans cet article.
Le lancement du film était décidé par le cast member et le loop musical que l’on entend en entrant dans la salle se finissait au moment ou le film commençait. De cette façon, il n’y avait pas de coupure et le spectateur avait l’impression que la musique de fond ne faisait qu’un avec le début du film.
Durant la projection, il y avait de nombreux effets qui ont disparu à la fermeture de l’attraction en 1998. On pouvait voir des lasers traverser la salle, de la fumée et aussi des explosions pour simuler les points d’impacts des tirs de laser.

capt1

2010 :

A la première fermeture de Captain EO en 1998, de nombreux travaux ont été effectué afin d’aménager la salle du show et du pré-show pour l’installation de l’attraction : Chérie J’ai Rétréci le Public. Une des plus importantes transformation fut de placer toute la salle de projection sur un système de coussins d’air (et non de vérins comme on peut parfois le lire) afin d’accompagner les mouvements de caméra et donner l’impression au spectateur de bouger. Toutes les étoiles en fibre optique furent retirées et un écran ‘’visible’’ et délimité installé sur la scène. Certains éléments de décoration furent changés et les siègent reçurent un système audio avec un casque ainsi que des éléments placés sous les sièges et qui chatouillaient les chevilles pour les besoins de l’histoire.
L’attraction fut en place pendant 8 ans mais ne connu pas plus de succès que Captain EO. Après la disparition de Michael en 2009 et répondant à une forte demande à travers le monde, les Parcs Disney décidèrent de réouvrir Captain EO au moins pendant quelques mois. L’attraction Chérie J’ai Rétréci le Public n’attirant plus beaucoup de visiteurs, les conditions étaient donc propices au retour du capitaine. Cependant, la salle ayant changée d’aspect pour les besoins de l’attraction précédente, les imagineers durent composées avec les éléments à leur disposition pour offrir une expérience satisfaisante aux visiteurs. Et au final, les perspectives d’adaptation de la salle étaient plutôt intéressantes. En effet, outre la pateforme sur coussins d’air, l’attraction Chérie J’ai rétréci le Public offrait deux autres effets 4D :

- De l’air sous pression projetée avec un ventilateur. Appelé « Dog Sneeze », cet effet était utilisé pour accompagner l’éternuement du chien.

- Un effet de vent grâce à des ventilateurs accrochés au plafond. Ils accompagnaient le souffle du rotor. A noter que les ventilateurs ont été remplacés pour la ré-ouverture de Captain EO, par des modèles moins bruyants.

eofranceCes éléments furent donc adaptés à Captain EO avec un résultat vraiment intéressant. Ainsi, le système de coussins d’air de la plateforme accompagnait les mouvements de la bataille spatiale, du crash du vaisseau ou encore certains mouvements de danse de Michael. Le ‘’Dog Sneeze’’ devint le ‘’Hooter Sneeze’’ et projetait donc de l’eau sur le spectateur lorsque Hooter éternue, et enfin les ventilateurs furent utilisés pour simuler le souffle du réacteur du vaisseau à la fin du film. Malheureusement, d’autres effets furent définitivement supprimés à la première fermeture en 1998 et ne furent pas réintégré à la version 2010. Exit donc les lasers traversants la salle, les effets pyrotechniques pour les impacts de tir ainsi que la fumée.
 La salle conserva également quelques éléments de décors de Chéri J’ai rétréci le Public, comme les grosses ampoules en haut des colonnes et les sièges sur lesquels furent tout de même retirés les casques audio qui permettaient de suivre le film en plusieurs langues.
Du point de vue des cast members, cette nouvelle version changeait également la technique de lancement du film. Ainsi, le loop musical ne permettait plus de lancer le film au moment voulu. Si en 1992, le loop s’enchainait avec les premières notes de musique du film, dans la version 2010, le loop stoppait, laissant un temps limité au cast member pour faire son discours. Si celui-ci le faisait trop rapidement, il y avait alors un blanc avant le démarrage du film. A l’inverse, si il le faisait trop lentement, le film commençait alors que le discours n’était pas terminé. Certaines vidéos sur Youtube montrent cette situation.

L’autre nouveauté fut également d’utiliser le mini making-of de présentation dans la salle du pré-show. Ce clip était en fait utilisé à Disneyland en Californie à l’ouverture de l’attraction en 1986.

Le résultat

Au final, la version 2010 de Captain EO présentait une autre manière de vivre l’attraction. Cela contentait tout le monde. D’une part Disney qui ne refaisait pas totalement la même attraction en proposant une variante intéressante, et d’autre part le spectateur qui pouvait profiter du retour du capitaine avec en plus quelques éléments inédits.
Malheureusement, tout ne se passa pas comme prévu. Le Hooter Sneeze tomba assez vite en panne et ne fut pas réparé. Lors de mes visites au parc en 2011, 2013 et 2014 l’effet n’a jamais fonctionné. L’autre gros souci concernait le système de coussin d’air qui tombait régulièrement en panne ou ne fonctionnait pas toujours pendant tous les moments du film. A l’origine, ce système était très peu utilisé pour Chéri J’ai Rétréci le Public et ne souffrait donc pas de problème de fiabilité. Avec Captain EO, la fréquence d’utilisation était beaucoup plus intense, ce qui généra des pannes à répétition. D’ailleurs, lors de ma dernière visite, la plateforme ne bougeait plus du tout.
 Le son souffrait aussi de quelques ratés. Sur le papier, l’évolution de la salle pour Chéri J’ai Rétréci le Public avait apporter de grosses modifications sonores avec l’ajout de 12 énormes caissons de basse sous la plate-forme, de sorte que même si celle-ci ne bougeait pas, les vibrations provoquées par le système de basse pouvait à elles-seules faire vibrer les sièges des spectateurs. Malgré tout, si ces fameuses basses étaient bien ressenties dans la poursuite spatiale, celles-ci ne semblaient pas accompagner la musique. Dans mes souvenirs de la version 92-98, le beat de We Are Here To Change The World donnait la même impression qu’un concert en faisant complètement vibrer le ventre. Hors le beat ressenti depuis 2010 ne donnait pas du tout cette impression, bien au contraire. Les basses étaient certes entendues par le spectateur mais absolument pas ressenties. De même, le son ne semblait plus diffusé en 5.1. Cette constatation faite par plusieurs personnes indique que durant les derniers mois, le film était donc diffusé en 2.1, compromettant l’immersion vantée par l’attraction.

capt2Si les modifications apportées à la ré-ouverture de Captain EO apportaient un réel intérêt et une nouvelle expérience, les pannes à répétition et la maintenance aléatoire de l’attraction ont rapidement gâchés le plaisir du spectateur. Dans les derniers mois, Captain EO a d’ailleurs ouvert de manière occasionnelle précipitant la fin du film dans le parc parisien. Ne soyons cependant pas médisant car, cette fin était annoncée depuis plusieurs mois et elle ne concernait pas que Disneyland Paris. Pour autant, l’attraction présentée comme elle le fut lors de ma dernière visite était sans aucun doute indigne des standards Disney et de l’image que le parc souhaite donner à ses visiteurs. Certes, malgré un nombre de visiteur conséquent, Disneyland Paris est toujours déficitaire et a très longtemps cherché à faire des coupes budgétaires pour compenser les pertes financières. Ces coupes ont eut pour conséquence un relâchement de la maintenance générale des attractions et du parc. Il semblerait que cela va changer dans les années à venir. Seulement voilà, Captain EO ne sera plus là. Il reste cependant une lueur d’espoir. En effet, il semblerait que l’attraction puisse être de retour de manière ponctuelle en attendant une refonte d’une partie de Discoveryland avec l’agrandissement de l’univers Star Wars. Alors, fin définitive ou pas ? L’avenir nous le dira. Mais les regards sont désormais tournés vers l’Estate Of Michael Jackson et Disney dont on espère qu’ils se mettront d’accord pour une sortie Blu-Ray du film dans les prochaines années.

Remerciements : Merci à Discovery Mountain pour son aide très précieuse.
Crédits photos : Davy APPERT, Disney.

1 Response

  1. Sujet très intéressant, j’ai vu Captain Eo 7 fois à Disney Paris, et je n’étais jamais lassé. Maintenant le film parait un peu démodé, surtout les costumes des danseurs qui encadrent Michael, mais cela rentre dans les “pépites “des films de MJ. La 1ère fois que j’ai vu c’était Wahoo… que c’est beau….